Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - Cathelineau

Pages: [1]
1
Sujet hautement intéressant.
Un peu d'uchronie : imaginer un instant que les Russes (nonobstant la période soviétique) avaient décidé de faire leurs propres animés et jeux à la même cadence que le Japon, eh bien on aurait eu une armée - non pas d'otakus - mais de russophiles qui se seraient "subitement" intéressés à leur culture, leurs traditions orthodoxes et plus généralement leur pays. Avec un pan entier de français qui auraient appris le cyrillique. C'est aussi ça le soft-power.

Je ne dis pas que le Japon n'est pas fascinant sans l'apport des jeux et mangas, mais tout de même, si on y réfléchit un instant, ça aurait changé beaucoup de choses.
Après il y a l'art et la manière de le faire. Il faut aussi une industrie solide, des moyens et voir sur le long terme. Quand on sait que le Japon vendait dans les années 80 ses animés pour une bouchée de pain ("au rouleau" comme disait l'un des comédiens du doublage), la stratégie a payé.

Ensuite, le plus dur, c'est aussi de faire dans la subtilité. Le Japon est une éponge à ce niveau-là : il absorbe toutes les cultures pour en créer quelque chose d'unique (qu'on aime ou pas, c'est un autre sujet). Et ainsi, on se retrouve pas seulement avec des références japonaises mais françaises, européennes et asiatiques dans l'ensemble, etc. Bref, ça mange à tous les râteliers. Et l'astuce, c'est d'apporter des éléments typiquement nippons dans une représentation qui ne l'est pas. Combien de fois ils ont "idéaliser" l'Europe avec des caractères japonais, une approche assez unique en somme ; ce qui permet aux aux étrangers de se familiariser avec leurs codes sans pour autant être réticent ou faire fasse à un "mur culturel".

On en vient naturellement à quelque chose qui manque chez nous, aux USA ou en Europe : la culture des créateurs. Trop souvent nos artistes ont voulu se démarquer en faisant fi de leur propre culture, oubliant leurs racines, passé, etc. Et c'est ça le malheur : on ne fait pas envie, on n'attire pas l'étranger vers soi, car les créateurs/artistes sont souvent incultes ou se sentent obligés de renier leur passé historique. Aucun développeur français ne ferait un jeu sur Napoléon : trop ringard, trop connoté, ça ferait polémique, etc. Les Japonais n'ont pas cette pudeur (et pourtant ils en ont beaucoup).
Autre soucis : le suivisme. Maintenant qu'une petite industrie française est en marche, on a trop tendance à faire du copier/coller du Japon et/ou américain (cf : Shiness). Ce qui est très dommageable car on a une manne inépuisable de grands artistes du passé qui nous permettraient de redigérer notre culture pour en faire également quelque chose d'unique. Mais là encore, le poids idéologique fait qu'on n'y arrive pas.
A ce titre, j'ai beaucoup aimé la patte artistique de Child of Light : pas japonisant, pas "animé" façon Pixar & co, non, de la fraicheur et c'est malheureusement trop rare.

2
La taverne des joueurs / Re : Re : La saga Suikoden
« le: mars 10, 2018, 02:20:27 pm »
Et puis les chef d’œuvre sont rarement l’œuvre d'une personne.
Le bon moment, le bon endroit, la bonne équipe, le bon producteur, ect . . . . .
 

Oui, voilà, c'est exactement ça. Le destin d'une série se fait aussi sur le "bon" moment d'un instant T.
Même s'il existait une réelle volonté de faire un nouvel épisode, ce fameux 6ème volet, qui sera à la barre ? avec quelle équipe ? quel budget ? sur quelle plateforme ? La réponse à toutes ces questions ne me plairaient probablement pas. Il faut aussi se dire que c'est tout simplement pas l'époque pour faire revivre la saga. Car imaginer une seconde qu'elle revienne et que le bide se produise, eh bien là, ce sera fini pour de bon.
Et quand on connait la tragédie de la localisation en Europe, on ne peut qu'en pleurer : Suikoden 2 débarque en FR, pas de bol, les ventes ne sont pas au rendez-vous. Du coup, le troisième volet n'est pas localisé et une bonne manne de joueurs oublient la série chez nous. Même les suivants, 4 et ou 5 (nonobstant les spin-off) traduits n'auront pas suffi pour insuffler autre chose qu'une niche de joueurs à s'y intéresser. Et pour ainsi dire, Suikoden 5 est sorti dans une profonde indifférence... le train était déjà parti.

Une licence trop niche de base, en fait ? Je me le demande. Le mieux encore est d'attente une nouvelle itération au bon moment, si tant est que ça puisse exister de nouveau.
Dans tous les cas, je vais me refaire Suikoden 5 pour ma part.

3
Houlàlà, vous ne parlez quasiment pas d'Horizon Zero Dawn. 20 secondes pour dire qu'il est "bien", sans approfondissement :- /

Néanmoins, je rejoins l'enthousiasme autour du jeu de Gwynt (malheureusement peu discuté sur les sites FR) ; et d'ailleurs leur approche avec un mode campagne complet est digne d'intérêt (et peut-être que CD Projekt va utiliser cet espace pour parler d'une "tonne" de PNJ sous-exploités ou de disparitions inexpliquées comme Iorveth ou Saskia - je fais l'impasse sur les mauvais comics en disant ça).

4
2014 the banner saga en revanche il me semble..

Ah, bien vu. Et la version console est sortie en 2016. Tout est fait pour m'embêter en plus.

5
J'aurais rajouté la bande-son The Banner Saga, du talentueux Austin Wintory.
Utilisation de vrais instruments, notamment d'une authentique corne (olifant) de vikings, Bukkehorn de son petit nom. Recréant ainsi une atmosphère assez originale (contrairement à Skyrim), avec des chants qui sont autrement plus d’à-propos. Guère étonnant que son travail sur AC Syndicate soit du même acabit, que vous citez d'ailleurs.

6
Ce n'est que notre avis et notre façon de voir les choses

C'est on ne peut mieux formuler.
Merci de ta réponse.

Edit : j'ai oublié de rajouter que toute la polémique de la "parité" était honteuse et clairement destiné à mettre à mal la série.

7
Ralàlà, cette critique sur AC Unity... que dire, si ce n'est qu'elle transpire un peu de mauvaise foi.
Déjà, pour ma part, j'ai acheté le jeu dans la semaine de sa sortie, et, contrairement à ce que j'ai pu lire et entendre, notamment sur des forums comme neogaf, aucun bug majeur (et je dis bien majeur) n'a perturbé mon expérience de jeu.
Ceci-dit, ce n'est pas la première fois, AC3 a passé comme une lettre à la poste, alors que les mêmes thuriféraires nous expliquaient l'apocalypse.

Sur Unity en lui-même, je conçois très bien qu'on ne puisse pas aimer le jeu pour de multiples raisons (et elles sont valables). Pour autant, je rencontre régulièrement une frustration de joueurs qui s'en prennent aux mécaniques de jeu. Trop simple, trop bourrin, cela revient sans cesse. Et dans ce podcast, vous expliquez que les mécaniques ne marchent pas et que régulièrement, vous vous faites surprendre, l'infiltration ne se passe comme prévu, donc... eh bien, le gameplay est mauvais. Sauf que non. Factuellement, et nombre de joueurs vous le démontreront, les missions avec de l'infiltration requièrent simplement du savoir-faire.
C'est quand le joueur rate son coup que l'on évite (assez souvent) le game over et qu'on peut "foncer" dans le tas (pas toujours possible pour être précis) et éviter ainsi de tout recommencer.
Ces mêmes critiques s'appliquaient avec la synchronisation des précédents opus. Nombre de joueurs les détestaient, mais n'arrivaient jamais à faire du 100%.

Cet Unity n'est pas le meilleur de la saga, pour autant, il ne mérite pas l’opprobre qui fut jeté sur lui.


Pages: [1]