Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - Memento

Pages: 1 [2]
16
Pour ajouter à la conversation de l'après FF XV et du (possible) contenu futur :

Citer
Tabata says he and his team plan to add time-limited mob hunts based on enemies from the original story as DLC. He’s also heard fans say they’d like to travel with some of the minor characters such as *beep* and *beeeeeeep* also, so they’re exploring a solution for that as well. (Source.)

Les chasses : meh. Les personnages : ça peut être sympa, mais ça fera pas revenir au jeu en courant.

Citer
A major part of this desire is in adding a character/avatar creation system to create your own character. The team doesn't just want this to be limited to multiplayer, and is currently investigating how to include it in the main scenario. Perhaps in the main story the avatar character will join your companions but only their appearance will change.

Je saisis pas bien l'urgence du système d'avatar. Je saisis encore moins la volonté de l'intégrer au scénario. Ça peut certainement être drôle de voir Jean Paul Delamouche se joindre au groupe, mais l'intérêt des avatars à mon avis c'est surtout pour le multijoueur - qui ne m'intéresse guère. Honnêtement, plutôt que s'embêter avec un système d'avatar, ils proposeraient des personnages issus des anciens FF, genre Sephiroth, Kuja et compagnie, dans une espèce de melting pot complètement anachronique, et beaucoup de fans seraient conquis (comment ça ils l'ont déjà fait ?).

Le second lien ('ttention : ça spoile fort si vous n'avez pas déjà fini le jeu) je vous laisse cliquer dessus, juste , ou , c'est comme vous voulez. En gros y aurait des zones cachées, accessibles via certains glitchs, déjà complètement modélisées dans le jeu. Ce qui me semble déjà plus prometteur que du Delamouche qui met des claques à Kuja.

17
De même. Mais j’ai peur que les DLC suggérés par le Season Pass (un DLC par perso aux endroits ou ils disparaissent mystérieusement + des bricoles) manquent sérieusement d'intérêt. Alors que le jeu gagnerait à avoir de gros DLC à la Witcher 3, avec de nouvelles zones. Peut-être que Square Enix n'en est pas tout à fait là, ou que les modifications apportées au jeu vont prendre trop de temps pour espérer ce genre de contenu. C'est pas les ressources qui doivent manquer pourtant. Je peine à imaginer la quantité de choses de choses qu'ils ont dû mettre de côté lors du développement.

18
Il y a toute une variété de points d'entrée, donc ça va surtout dépend de tes goûts, slyt, de ton expérience en matière de RPG, mais aussi de ton envie de mettre (ou non) les pieds dans le plat de la série principale. Je rejoins ce qui a déjà été mentionné :

- Devil Survivor (T-RPG, DS/3DS), Persona 3 et Persona 4 (sim RPG, PS2/PSN/PSP), les Devil Summoner PS2 (action-RPG) sont habituellement les plus recommandables, parce que les plus accessibles, tant en terme de thématique que de structure. Tous des spin-off, mais qui reprennent de nombreux éléments de la série.

- A côté de ça SMT IV (3DS), Digital Devil Saga (PS2/PSN) et Strange Journey (dungeon-RPG, DS), dans des styles très différents, me paraissent être de bonnes suggestions, mais c'est déjà plus âpre, plus cru, en particulier pour DDS.

- Au delà de ça, si tu veux commencer en point d'orgue, Lucifer's Call (PS2/PSN). Je réserverais SMT 1 au fans de jeux old-school, ou à ceux déjà familiers avec la série.

19
Pour envoyer des ondes positives en ce topic délaissé depuis le 14 décembre... j'ai beaucoup apprécié Final Fantasy XV. J'y ai joué pratiquement tout le mois, délaissé le temps du fois-gras-champagne, et repris juste derrière. Pour un total de 95h quand même. Ce qui reste raisonnable dans l'espace des RPG.

Il y a en fait pas mal à faire, bien au delà de l'histoire elle-même, qui concentre une bonne partie des critiques (logique, pour un JRPG, un FF a fortiori). Ce qui est un peu dommage, car le jeu montre un visage bien différent, dans la foule des donjons secondaires notamment, très réussis. Certains sont à s'arracher les cheveux, donc pour le vieil amateur de challenge que je suis c'est parfait. Et puis s'enfoncer pendant des heures, à plusieurs centaines de mètres sous le niveau de la surface, pour affronter ennemis après ennemis jusqu'à en oublier le cycle des journées, ce n'est pas si mal  :p
Pour l'heure je n'ai pas tout fait, il me reste quelques donjons sous le coude, mais je suis déjà au level maximum. J'ai aussi l'intention de passer un temps indécent à parier dans l'arène ! Moi et les mini-jeux...

Tout ça pour dire que je regrette pas du tout l'avoir pris à la sortie. C'était certes mon premier jeu PS4, mais comparé à la trilogie FF XIII... c'est plus que bueno.

20
Ha, je suppose que l'écrire sans le tiret n'est pas incorrect. Habitude, préférence personnelle, tout ça !

Pour le genre je me contente d'accorder au pluriel, jeux de plates-formes. Alternativement pour les consoles il m'arrive fréquemment d'utiliser support pour éviter ce genre de répétitions.

21
Quelques fautes relevées dans l'article sur Shin Megami Tenseï :) (en espérant ne pas m'être trompé et passer pour un idiot  :D)
Navré pour les erreurs résiduelles. « Quelque temps » s'écrit toutefois sans le 's' :)

Aussi, plate-forme, Hobes, plate-forme.  :D J'ai aussi cru voir un problème d'encodage du 'à', dans les carnets. Depuis l'article de Alphonse, est suggéré « En 2017, vous pourriez passer �…». Tu l'avais peut-être remarqué.

22
Ravi de voir ton enthousiasme !

Mais aussi le fait que le héros n'est pas vraiment un élu, plutôt une personne comme vous et moi qui apprend par la force des choses à maîtriser son programme d'invocation de démons.
Citer
"Another thing that bothered me was the trend of the main character always being portrayed as someone special -- a legendary warrior, for example. It was the equivalent of saying you can't succeed unless you're from a wealthy family, and I just couldn't stand that. I wasn't born with special genes, and I'm sure most other players weren't either. No matter who you are, if you're given a chance and have the guts to try your best, you can become a hero... That became the concept of Megami Tensei."

Une citation en effet très intéressante, qui figurait originellement dans le texte, mais qui a sauté au montage, faute de place ! Là ou c'est amusant, c'est que, dans le même temps, les personnage de ce SMT ne sont pas non plus exactement n'importe qui (
Spoiler for Hiden:
puisqu'ils sont des réincarnations, ont un rôle à jouer
)... De ce côté-ci, la série cultive également une certaine ambivalence. Il y aurait en tout cas davantage encore à dire, comme tu l'illustre bien, ce qui en dit long sur la richesse de l'univers, et la portée de ses métaphores, en l’occurrence pas si sous-jacentes que cela...

Il est probable, effectivement, que Louis Cyphre vienne de là (en dépit de l'inversion du 'r'), même si ça n'a semble-t-il jamais été confirmé. Un autre jeu de la série usant d'une déformation un peu différente, en la personne de Louisa Ferre.

23
- A mon niveau (50+), je n'ai jamais eu besoin de grinder. Jamais. Je l'explique d'ailleurs dans le podcast, l'XP des monstres est actuellement trop peu rentable. Si tu as une quête niveau 50 alors que tu es niveau 35 c'est que tu ne te trouves pas au bon endroit. Peut-être as-tu raté le fait qu'on puisse se téléporter dans l'autre ville assez tôt ? On peut y faire le pendant de nos quêtes d'Orsha ce qui revient à gagner le double d'XP.
Oh, je n'avais pas, à ce stade, réalisé que j'étais censé aller à l'autre zone, indubitablement. Mais le jeu ne l'explique pas, ou alors j'ai raté les messages d'alerte. Il n'empêche que c'est complètement absurde de se retrouver avec une quête principale, qu'on a suivi de bout en bout, qui passe sans avertissement de 40 à 50. Ça s'illustre par un nombre de joueurs importants (parce que j'en ai croisé beaucoup dans mon cas, j'ai même essayé de grouper initialement) qui se retrouvent un peu désœuvré à ce moment-là du jeu. Avant de me rappeler avoir vu un parchemin pour Klaipeda au marchand, et essayer de moi-même.

- Je n'ai été touché par aucun des problèmes de latence soulevé. Aucune file d'attente, aucun lag en jeu (pourtant, j'ai une connexion du tiers-monde), aucune interaction impossible avec un élément...
Il ne devrait pas y avoir de file d'attente pour le serveur européen. Mais le reste sont des problèmes qui ont largement rapportés, et que j'ai expérimenté en direct sur le stream, à cliquer comme un mongole sur une statue qui marche pas. En fonction des facteurs après tu en es peut-être sorti indemne (horaires, FAI (?), endroits...).

- Certaines critiques Steam sont, en effet, constructives. En revanche, les nombreuses critiques négatives peuvent être résumés par celle qu'on peut trouver en première page "Great game bad management". La politique d'IMCGames est la première visée par ce flot d'insultes.
Je suis pas sur de savoir ce que tu entends par la politique d'IMC. Le fait est que IMC a fait un certain nombre de choix macro-écononomique qui ont un impact sur le jeu, effectivement. Mais il y a aussi des facteurs qui tiennent au design du jeu que j'ai essayé d'aborder, à savoir qu'il n'informe pas assez le joueur et qu'il n'est pas très accessible pour tout un tas de raison.

- Venant de Ragnarok, je n'ai pas trouvé le système obscure. C'est le même fonctionnement concernant la gestion des classes. Le passage obligatoire (et définitif) d'une classe à l'autre ne m'a donc pas étonné et ne me gène pas. Ça force à étudier très tôt vers quoi on se dirige (je t'avais d'ailleurs signalé InGame que je voulais prendre mon temps avant de faire des choix).
Pour faire la transition avec ce que je disais au-dessus : c'est bien là le problème. Et c'est intéressant qu'on ait deux points de vue différents, parce que je n'ai jamais joué à Ragnarok. C'est une atrocité, quand on découvre un jeu pour la première fois, de devoir se renseigner à gaucher et à droite avant de faire quoi que ce soit. Un bon jeu est un jeu accessible à tous. De mon point de vue en tout cas. Et beaucoup de joueurs qui n'ont pas envie de se prendre la tête risquent (s'ils n'ont pas déjà) d'abandonner en cours de route.

- La communautée est top. La meilleure (de mon expérience) tout MMO confondu. C'était la force de Ragnarok, c'est la force de Tree of Savior. Il m'est arrivé plus d'une fois qu'on me soigne alors que j'étais en danger (merci l'icône au-dessus de la tête), ce qui ne m'est jamais arrivé en 14 mois de FFXIV. Et en ville, les gens ne sont pas que de passages. Avant hier je me suis bien amusé à Orsha (j'allais dire Prontera) avec une bataille de Kamehameha sur la place. Je trouve d'ailleurs dommage que le jeu de carte soit si sommaire, ça aurait pu faire une bonne distraction.
Encore une fois une expérience très différente apparemment (sur FF XIV y compris, dont je tire un bien meilleur sourvenir - et j'étais également soigneur !). Je serais prudent sur le fait d'associer les communautés de Ragnarok et de Tree of Savior, qui est encore jeune et apporte son lot de nouveaux joueurs. L'époque n'est pas la même non plus. Personnellement : quelques moment sympathiques, mais davantage de moments désagréables ou de personnes qui ne se donnent pas la peine de répondre. Ce qui ne m'a pas surpris outre mesure #internet.

Pour clarifier : je n'ai pas cherché à plomber le jeu. J'aurais vraiment pu, et j'en ai eu envie, mais j'ai fait un récit honnête de mon expérience, tout en restant raisonnablement positif sur les chances du jeu. En revanche, si y a bien un truc qui me tient un coeur en matière de jeu vidéo, c'est l'accessibilité. Tree of Savior part en permanence du principe qu'on sait déjà des choses et ne guide pas le joueur convenablement. Ça, ça me dérange bien davantage que tous les problèmes techniques au monde.

24
En passant je suis en train de DL Tree of Savior qui est gratos apparemment.
Tu peux télécharger le jeu gratuitement, mais pour jouer, d'ici au 29 avril en tout cas, il te faudra acheter un accès anticipé (sous la forme d'un DLC - voir la page Steam).

Expérience très contrastée pour ma part en ce qui concerne Tree of Savior. Surtout au regard de ton enthousiasme, Hobes ! Si on met de côté les problèmes liés au lancement (bien réels et bien désagréables comme il faut), je regrette énormément avoir pris Soigneur. Si j'ai le courage de continuer je vais encore plus m'éloigner de soigneur aux rangs suivants (Cleric/Krivis/Priest actuellement), vu que pour le moment on ne peut pas revenir en arrière (si on le peut un jour). Pour être franc je ne trouve pas que ce soit un très bon jeu, actuellement en tout cas. Et certaines des critiques Steam que vous citiez font plutôt bientôt la part des choses (telle que : http://steamcommunity.com/profiles/76561198036222330/recommended/372000/). Ce qui se recoupe quelque peu avec l'opinion que j'ai exprimé sur mon blog (je préfère m'abstenir de linker, des fois qu'on aille croire que je commente juste pour ça).

25
se désengager des remboursements twitter.
'ttention au mélange des pinceaux  :D
Merci pour l'info sinon, ça confirme quelque peu nos doutes.

Ca devient plus facile une fois qu'on comprend que le level-up n'est pas aussi décisif et que les Démons sont l'instrument de la réussite mais tu peux toujours te faire punir très violemment si tu l'oublie ne serait-ce q'une fois et te faire rayer en un seul instant même par des monstre random. Ca arrive fréquemment si on ne fait pas attention, même a la fin du jeu quand on est sensé être fort. C'est ce que je voulais dire quand je parlais de jeux plus difficiles.
Je pense que c'est le mot ; les MegaTen ne sont pas nécessairement durs (le terme de difficulté étant franchement assez vague), mais plutôt punitifs. Ce qui signifie une barrière à l'entrée plus importante, qui met un accent sur la stratégie et pas simplement du « grind ». Le système de faiblesses, qui font gagner un tour lorsqu'elles exploitées, en est encore le meilleur exemple.

En cela je ne pense pas que la saga est sous estimée. Je dirais qu'elle est plutôt méconnue, et ça tient peut-être au multiples spin off. Persona en est encore le meilleur porte étendard.

26
'ttention, pavé. M'excuserez.

Voici l'article dont je parlais.
http://www.jeuxvideo.com/news/436946/remboursement-sur-steam-les-developpeurs-rassures.htm

Un article qui explique bien qu'on ne peux pas résumé cette histoire de remboursement  a une simple histoire de millier de mec qui  se font remboursé a la va vite.
Merci pour le lien. J'ai en revanche tiqué sur différents éléments en lisant l'article.
Le fait que l'auteur de l'article (l'original, celui de PCgamesn) utilise des développeurs assez en vue pour corroborer l'opinion que le remboursement aurait boosté les ventes journalières, déjà, (ce nombre de 30% me semble assez surréaliste). Gunpoint, c'est un jeu qui a vendu plus de 600 000 unités, et qui surtout est sorti en 2013. Garry's Mod et Rust ça ne vaut même pas la peine que je regarde parce qu'on est clairement dans des chiffres très élevés. Je trouve l'argument de Garry Newman assez déplaisant d'ailleurs, parce que ça ressemble un peu à « ils se font rembourser comme ça on n'a pas à patcher ». Mais c'est peut-être là ma propre interprétation. Le dernier dév étant Paradox, un autre « loin d'être si petit que ça », dont l'exemple sert ici simplement de « c'est mieux qu'avant mais on a quand même eu plein de critiques négatives donc on aimerait que ça soit encore mieux. »
Il est clair qu'aucun de ces développeurs ne risquaient, dès le départ, d'être si impacté que ça (je rejoins Oncle Fernand donc, comparé à l'exemple de Murder). La palme revenant à la conclusion du texte ou Newman et Francis lâchent un « franchement même si on gagnait moins on serait pour ». Ce qui n'est sans doute pas le cas de tout le monde. Interviewer des petits indépendants c'était vraiment trop demander ?

Le coup des cheaters qui font un compte et jouent moins de 2h pour se faire rembourser, j'entends bien, mais ça tient trop de place dans l'article. J'imagine bien qu'il y a une minorité d'emmerdeurs (parce qu'il faut vraiment avoir du temps à perdre pour faire ça) qui s'adonnent à ça. Des magouilleurs il y en a toujours eu, et il y en aura toujours, mais ils sont probablement très rares (et c'est tant mieux). 

C'est là que l'argument du « le remboursement c'est tout benef' on vend 30% de plus par jour easy » me revient pas, parce que je ne parviens pas à m'imaginer qu'il y ait plus de ventes qu'avant parce que les mecs se disent « au pire je me ferai rembourser ». Est-ce qu'il y a vraiment une telle proportion de personnes qui comptent là-dessus ? Est-ce que vous en êtes, ou en connaissez ? J'ai envie de croire que les acheteurs ne sont pas si volatiles que ça.

Au regard de tout ça, la manière dont l'article en français s'arrête est absolument adorable. peterline6 conclue, en effet, de la sorte :
Citer
Outre des problèmes de communication en interne, le système de remboursement de Steam semble pour le moment contenter tout le monde. Des abus existent, mais ils demeurent heureusement minoritaires et ne remettent pas en cause l'existence du programme. Une belle leçon de compromis, puisqu'avec cette idée toute simple, Steam va clairement dans le sens des consommateurs sans pour autant nuire aux créateurs. Espérons que les choses continuent d'évoluer dans ce sens et que ce programme se généralise à toutes les plates-formes de jeu dématérialisé.
En clair, tout le monde il est content. Steam est merveilleux. Faudrait faire pareil partout. Arc-en ciel, licorne, barbe à papa.

On appelle ça un article orienté. Au delà de ce que j'ai déjà mentionné, un simple coup d'oeil à la source permet de constater que déjà parmi les « moyens » et « gros » indépendants il y a certain nombre de réserves. Les informations qui sont retournées au dev, visiblement, sont insuffisantes pour en tirer des conclusions (stats livrées en gros sans mention des périodes). Il semblerait également que le taux de remboursement varie selon les jeux, l'hypothèse étant que les joueurs ne chercheront peut-être pas forcément à se faire rembourser à un jeu qui ne leur a couté qu'1 € (ça se tient). Ajoutez à ça qu'on se base ici sur trois développeurs, et pas des plus petits.

Au final c'est peut-être juste moi, mais il suffirait de recommencer à proposer régulièrement des démo (pour les jeux qui le permettent) pour simplifier ce problème. Il n'y a vraiment rien d'innocent dans ce système de remboursement. L'intention était peut-être dès le départ de provoquer l'acte d'achat, de déresponsabiliser les acheteurs et de les inciter à acheter sans réfléchir. Steam est une plate-forme marchande. Ils agissent donc de manière à gagner de l'argent. Se montrer prévenant avec les joueurs n'est pas réellement au programme, et froisser les tout petits développeurs n'est qu'une gêne mineure, tant qu'on va dans le sens des plus gros.

(Au passage, les traductions du stagiaire de jv.com laissent parfois à désirer. Tout comme le fait qu'il ait gardé la structure de l'article d'origine sans se casser la tête.)

27
Legend of Heroes: Trails in the Sky SC fait un four sur Steam : c'est indéniable, et malheureux. Mais il faut tenir compte du fait qu'il est aussi sorti sur GoG et qu'il est dispo sur PSN (pour PSP/Vita) depuis aujourd'hui même. Même dans l'éventualité ou la version PSN devrait faire mieux, il est clair que les ventes ne seront jamais à la hauteur de l'effort consenti pour traduire ce second épisode, eut égard aux galères racontées sur Kotaku. Ce qui est naturellement de très mauvais augure pour le Third (bien que Xseed en ait déjà les droits). Mais comme dit dans le podcast, il faut probablement s'attendre à ce qu'il s'en vendent davantage sur la durée. Au contraire, ironiquement, du premier Trails of the Sky, qui en dépit de son succès limité sur PSP, fut le meilleur démarrage de Xseed lors de sa sortie sur Steam en 2014, et s'est aujourd'hui vendu à 136 000 exemplaires. De nombreux facteurs entrent probablement en jeu pour expliquer le fait qu'ils n'aient pas réussi à répliquer ce succès avec SC. Le plus évident étant encore le prix ; le premier était en effet sorti à 20$, contre 30$ pour ce second épisode.

Au sujet des remboursements Steam, je trouve que les pré-requis, du type avoir joué moins de 2h, sont des plus ridicules. En particulier au regard du caractère très alambiqué des jeux vidéo, qui en dépit de genres existant, peuvent prendre des formes extrêmement différentes, au contraire d'un film ou d'un livre dont la durée ou le nombre de pages, mais en particulier le format sont pleinement déterminés. (Encore faudrait-il vérifier comment le remboursement se passe avec des films ou des livres numériques ?)
Je doute qu'il y ait eu une urgence de la part de Steam, ou en tout cas des pression légales, pour proposer ce système de remboursement. D'une part parce qu'il y avait déjà des lois pleinement applicables - et je m'étais d'ailleurs fait rembourser un jeu avant ce nouveau système de remboursement automatisé en invoquant la réglementation française. D'autre part parce que les législateurs, en dépit d'un retard considérable en matière d'achat sur internet, ne semble pas pressé de protéger les acheteurs. La dernière loi en date, la loi Hamon, ne faisait d'ailleurs pas mention des achats numériques, en dépit du succès énorme des plates-formes en ligne.
On ne peut pas complètement écarter le fait que Steam, en proposant ce système-là, s'est débarrassé d'une problématique importante, après avoir enlevé tous droits aux acheteurs. Le droit à la consommation, notamment en France (remboursement dans les 7/14j après achat) entrait jusque-là en conflit avec leurs conditions d'utilisation. Mais comme souvent avec Steam il y a une arnaque quelque part. En l'occurrence, aucun « remboursement » n'est fait : la valeur du jeu est simplement crédité sur le porte-feuille. Une somme qui est donc est destiné, à court ou moyen terme, à retourner dans les caisses de Valve. Il apparait donc que le système actuel heurte surtout les développeurs/éditeurs, les indépendants ayant la malchance, je suppose, d'être parfois mal interprété, comme longuement expliqué dans le podcast.

(Et Devil Survivor : y a bon  :slurp:)

Pages: 1 [2]